Le temps de la vraie résistance approche. Si l’on regarde la situation de la Grèce, comment douter    que si la « Troïka » dirige la France dans quelque temps, nous n’aurons peut-être plus de dettes, mais le pays et tout ce qu’il comportait de droits sociaux, de sens de la Justice, de    sens même de son existence, sera balayé. Pour l’instant, faisons confiance en notre nouveau pouvoir. Mais est défaillant, il nous faudra bien nous lever, et en masse ! (Jean    Dornac)


14 mai par Charlotte Géhin

Que retenir de cette campagne sinon un silence commun sur la Dette. Chut ! Pas un mot sur les    conséquences, en France, de la crise financière européenne. Et pourtant, concernant cette affaire, ce ne sont pas les questions qui manquent.

Quelle voie sera forcée d’emprunter le président et son gouvernement ? The economist, journal quasi officiel de la City,    tout au long de la campagne, a martelé la même antienne : « Au lendemain du 6 Mai, le vainqueur, quel qu’il soit, devra s’attaquer brutalement aux déficits », attaque qui    débouchera sur un « choc pour les français ».

La soupe à la rigueur

Difficile donc de satisfaire un électorat qui a soif de réformes sociales et qui a voté non à la montée du chômage en    considérant comme principal coupable Nicolas Sarkozy.

C’est pourtant bien d’un programme imposé à tous les pays appartenant à la zone euro dont il s’agit aussi pour la France et la    recette est connue : Flexibilité du marché du travail, les « famous CDI », contrats uniques |1|, démantèlement de l’assurance    maladie, de l’assurance chômage, des retraites, des allocations familiales.

Vrai ou faux ? Pour ceux qui en douteraient encore, la réponse réside en un mot : la Dette publique. Grande absente    des débats électoraux, alors qu’elle était au faîte de l’actualité juste après le « nécessaire » renflouement des banques |2| ou de la réforme des retraites, la    dette publique est pourtant le levier qui fera basculer les autorités politiques vers la rigueur ou non. «  Pour plusieurs pays, le nœud coulant de la dette publique s’est serré et ils    sont pris à la gorge par les marchés financiers » dénoncent Damien Millet et Eric Toussaint.

Les victimes font grise mine

Sous-couverts du remboursement de leurs créances, envers les organismes privés |3| que les citoyens renflouent chaque    jour par le biais des hausses d’impôts et des coupes sociales, le FMI et la Banque Centrale Européenne imposent une gouvernance guidée par la rigueur à tous les membres de l’Europe. «     Il n’y a pas de compromis possible  » arguait Jacques Sapir |4| sur France Inter. Les premières victimes des plans d’austérité l’ont déjà bien compris. Grèce, Portugal, Irlande…. Ou on arrête    de payer la dette, ou on enterre le pays sous la vague de la compression libérale. Dimitris Christoulas |5|. portait le deuil de cette triste    réalité quand il a appuyé sur la gâchette de son arme. Il criait «  pas de dette à mes enfants » et laissait la trace des conséquences bien concrètes des plans de rigueur    « Le gouvernement d’occupation a littéralement anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant 35 ans.  ». La    Grèce, ce pays aujourd’hui incapable de gouverner. En Espagne, déjà, le slogan de l’audit pour la dette est clair « No debemos, no pagamos ! ». En France, ce ne sont pas les 27    milliards d’euros d’économie imposés à l’Espagne qui vont retentir dans le quotidien des citoyens, mais les 80 milliards d’euros intégrés dans le plan du TSCG |6| à son égard. Ce n’est pas non plus    un protocole concernant la croissance |7| ajoutée au Traité qui libérera François Hollande des recommandations de la Troika |8|. Surtout quand le remboursement du service de la dette dévore 65% des ressources de l’Etat.

Quelle issue ?

La France de François Hollande, « le bon », peut-elle ouvrir ses portes aux émissaires de la Troika « les    truands » ? C’est ce que stipulent les forces européennes armées d’un nouveau traité et d’un programme clé en main.

Le TSCG porte en lui les germes de la catastrophe : il rend obligatoire le paiement de la dette.    L’alternative est donc claire : ou le paiement de la dette est assuré et la protection sociale est disloquée, les besoins sociaux et les services publics sacrifiés |9|, ou il    y a arrêt du paiement de la dette et droit du travail, droits sociaux et services publics sont préservés. Qui pour porter ces exigences ? Quel front du refus ?

Notes

|1| Projet de forme unique du contrat    du travail qui allégerait notamment les exigences juridiques de licenciement à l’égard de l’entreprise. Projet déjà mis en place en Italie, en Espagne…

|2| La Banque centrale européenne    (BCE), financée par les pays membres, accorde des prêts des aux banques, elles-mêmes détentrices des créances des Etats. Rien qu’en Décembre 2011, 523 banques ont emprunté à la BCE près de 500    milliards d’euros pour 3 ans à un taux voisin de 1% lorsqu’elles prêtent aux Etats à des taux variant de 7% pour l’Espagne, jusqu’à 18% pour la Grèce…

|3| Les investisseurs    institutionnels : banques, fonds de pension, compagnies d’assurance et autres organismes de placements collectifs.

|4| Economiste à l’école des Hautes    Etudes. Il dirige depuis 1996 le Centre d’études des modes d’industrialisation (CEMI-EHESS). Emission Là-Bas si j’y suis, « Les financiers au coin du feu ».

|5| Le 4 Avril 2012, Dimitris    Christoulas, pharmacien retraité de 77 ans, s’est suicidé à Syntagma, place principale d’Athènes

|6| Traité sur la stabilité, la    coordination et la gouvernance. Il inscrit dans la Constitution des pays la « Règles d’Or », donc un déficit proche de 0 qui oblige à l’austérité, il donne le pouvoir aux autorités    européennes non démocratiquement élues, il inclut des clauses de sanctions en cas de déficits. Il prévoit des projets de réforme pour chacun des pays membres et l’envoi d’émissaires pour assurer    son bon fonctionnement.

|7| François Hollande a annoncé la    renégociation du TSCG. Il la fera avaliser auprès du Conseil Européen. Un compromis entre Hollande et Merkel fait part d’une annexe ajoutée au Traité concernant la croissance.

|8| FMI, Banque Centrale Européenne,    Commission Européenne.

|9| Le chantier est déjà en    œuvre : RGPP, flexibilité du marché du travail, durée légale, retraites… La révision générale des politiques publiques entamée en 2007 consiste en une restructuration des missions et actions    de l’État, avec de la mise en œuvre de réformes structurelles (non-remplacement de postes de départ à la retraite etc.). Les mesures de défiscalisation des heures supplémentaires prises par le    gouvernement de François Fillon en 2007 avantagent le patronat français.

Source : http://www.cadtm.org/Le-bon-la-dette-et-les-truands