Ce qui peut apparaître au premier regard comme une défaite ne traduirait pas la réalité de la situation et se présenterait comme une non victoire plitôt qu'une défaite à proprement parler, en effet, si le revers subit par Jean-Luc Mélenchon à titre personnel est sévère, le FdG progresse au plan national et mis à part le succès tout aussi personnel de certains candidats du FN, ils perdent du terrain au niveau national et le FdG aura plus de députés que le FN à l'assemblée.

 Le FdG a « perdu » en adoptant une stratégie suicidaire, en choisissant le combat frontal contre le FN au détriment de la force des idées de son programme, soit ce combat est nécessaire mais il a pris une place démesurée dans les deux campagnes et nos valeurs de l'humain d'abord en ont supporté les conséquences.

 Dans son désir de domination absolue, la stratégie du PS consistant à mettre systématiquement à l'écart le FdG en refusant toute discusion et accord mieux même en attaquant sans cesse le FdG et le PG en particulier au risque de se trouver en état de cohabitation a contribué à diviser la gauche plutôt qu'à la rassembler, il est à noter que les accords passés avec EELV pour des considérations purement politiciennes alors que ce parti a fait moins bien que le FdG lors de toutes les élections, il aura néanmoins plus de députés à l'assemblée nationale que le FdG de par la seule volonté du PS qui a préferé pactiser avec les écologistes plutôt qu'avec le FdG, dont acte il conviendra de s'en souvenir.

 Cela dit, plus grave encore, hors des manoeuvres politiciennes, interogeons nous sur l'attidude des élécteurs que nous sommes et ne soyons pas étonnés quand nous aurons les dirigeants et les représentants que nous méritons, en s'abstenant à plus de 40% il ne faudra pas venir pleurer sur les conséquences, l'incohérence, l'gnorance,la paresse intellectuelle et le manque de conscience politique s'ajoutant à la désinformation de la part de la médiacratie et à la propagande des partis politiques aux ordres des tenants de la finance afin de préserver leurs privilèges ne laissent rien présager de bon quand à un avenir qui s'annonce menaçant.

 A vouloir jouer aux apprentis sorciers les irresponsables politiques de notre pays ont permis aux forces anti démocratiques de s'enraciner davantage dans le paysage politique de notre pays et ont volontairement rejeté les voies du progrès et d'une transformation salutaire de notre société. Ils ont fait preuve d'aveuglement et ne perçoivent pas que ce monde est à l'agonie, que le système est au bord de l'implosion et que nous risquons d'être emportés par un tsunami d'une rare violence, ils ne resentent pas l'urgence qu'il y a à réformer notre société, notre mode de vie et s'accrochent à leurs valeurs du passé et surtout au maintien de leurs privilèges.

 A l'aube de ce lendemain d'élection il nous faudra tirer les conséquences de ce scrutin, rectifier le tir quant aux stratégies à mettre en place pour l'avenir et travailler sans relâche à l'avenement d'une sixième République.