La justice française enquête sur le démarchage illicite de clients par UBS. Troisième volet sur les combines de la délinquance financière.

Créé le 26-07-2012 le nouvel observateur
 

En France, la justice enquête sur le démarchage illicite de clients français mené, cette fois, par UBS. (c) Sipa

En France, la justice enquête sur le démarchage illicite de clients français mené, cette fois, par UBS. (c) Sipa
 

Les citoyens fortunés agacés par l’impôt sont les cibles favorites des banques suisses. Pour diminuer leur note fiscale, ces ménages aisés sont souvent prêts à fermer les yeux sur les commissions prélevées par les Suisses et même sur le rendement des placements ! Ce qui fait d’eux des "vaches à lait"…

7.000 perquisitions auprès de clients

Certains établissements helvètes ont donc ratissé large hors de leurs frontières. La preuve : les autorités allemandes viennent de procéder à 7.000 perquisitions auprès de clients de la banque Crédit suisse outre-Rhin, selon le quotidien allemand "Handelsblatt". Tous sont soupçonnés d’avoir placé de l’argent sur des comptes bancaires camouflés en produits d’assurance-vie, afin de tromper le fisc. Le tout grâce à Credit Suisse Life, une compagnie d’assurance-vie installée aux Bermudes, paradis fiscal bien connu. Plusieurs milliards d’euros auraient ainsi été soustraits au fisc.

Démarchage illicite de clients français

En France, la justice enquête sur le démarchage illicite de clients français mené, cette fois, par UBS. Les banquiers de Genève et Lausanne profitaient de concerts et tournois de golf pour les aborder. Les clients leur étaient parfois envoyés par leurs confrères français avec qui ils partageaient leurs bonus. Un cadre de la banque a été mis en examen, et des perquisitions ont eu lieu à Bordeaux.

Marjory Cessac, Sophie Fay et Jean-Gabriel Fredet-Le Nouvel Observateur